Les livres et moi

29 janvier 2015
23 Commentaires

 

 

L’autre jour j’étais sur mon lit en train de réfléchir à mon blog et à chercher l’inspiration. Car c’est un fait, je n’aime plus vraiment faire des articles looks, j’aime voir ceux des copines mais ce n’est plus un exercice qui me plaît autant qu’avant. J’ai changé en 5 ans de blog et c’est tout à fait normal, je n’ai plus le même attrait qu’avant pour les vêtements. Certes, j’aime toujours les belles robes mais c’est moins important qu’avant, je me surprends à présent à m’habiller au plus rapide et au plus simple. Il y aura peut-être encore des looks mais pour l’instant j’aurais plutôt l’impression de me forcer.
Je cherchais donc l’inspiration, je regarde à droite où je vois toutes ces robes que je n’ai même pas le temps de porter car je porte toujours les mêmes, je regarde à gauche et je vois tous mes livres. Toutes ces pages que j’ai lu et qui ont fait partie de ma vie à un moment. J’avais trouvé mon inspiration (du moins pour un article). Ma vraie passion ce sont les livres, un livre me reflète plus qu’une robe, la mode est une manière de donner une image de moi et de me sentir bien mais les livres, ce sont eux qui me déterminent et qui en grande partie, en plus de l’éducation que j’ai reçu et de mes expériences, font ce que je suis devenue à présent.
Je n’avais jamais ressenti le besoin de parler ici de ce que représentent les livres pour moi, il est donc temps d’y remédier et dans un premier temps de vous montrer ma petite collection. J’ai d’ailleurs eu bien du mal à faire rentrer les deux bibliothèques dans le cadre de mon appareil photo !

 

 

Tous mes livres ne sont pas là car il y a également ceux qui sont dans le salon, ceux qui sont sur ma table de chevet mais aussi ceux qui sont restés chez mon père ou chez ma mère, ceux que j’ai perdu au fil des années et ceux que j’ai prêté mais que l’on ne m’a jamais rendu.
Ce goût pour la lecture et pour les livres remonte à mon enfance, je ne sais pas vraiment quand cela a débuté mais je me rappelle très bien avoir toujours baigné dans une atmosphère où la lecture était présente. Je ne viens pas d’un milieu aisé et bourgeois où l’on peut penser que la culture est plus présente qu’ailleurs, ma mère est adjointe administrative et mon père était plombier mais il y avait tout le temps plein de livres chez nous et surtout je voyais très souvent ma mère en train de lire.
Je me rappelle des premiers livres que j’allais acheter avec ma mamie dans la librairie où bien des années après j’ai fait plusieurs stages. Je ne savais pas encore lire à l’époque, je complétais ma collection de livres des « Monsieurs et Madames » en me disant que je saurai les lire dès que je serai en CP. Quel ne fut pas mon désespoir quand je suis rentrée de mon tout premier jour de CP en pleurs car j’étais persuadée que j’allais savoir lire en rentrant. A la place de cela, je savais juste réciter ma première leçon : « Sophie joue avec son ami Julien ».
L’année où j’ai appris à lire a coïncidé avec l’année où mes parents ont décidé de divorcer. Je suis restée vivre chez mon père tandis que mon grand frère et ma petite soeur sont allés vivre avec ma mère. Je n’ai pas vraiment souffert de cet événement et ce n’est pas un traumatisme de mon enfance mais il est clair que c’est à cause de ça que je suis devenue très solitaire et réservée. Ayant un père qui travaillait beaucoup, j’étais très souvent seule et forcément mon activité préférée étant petite était la lecture.
Je passais tous les mercredis et les samedis à la bibliothèque municipale de mon village, au point d’en arriver à avoir lu tous les livres jeunesse proposés. Jusqu’à mon entrée au lycée, mes lectures étaient très populaires et absolument pas précoces, je ne m’intéressais pas du tout aux grands classiques, je voulais juste des histoires pour enfants ou même n’importe quoi qui me fasse passer le temps. J’étais très curieuse donc tout y passait, que ce soit les livres de Bellemare de mon père, les romans à l’eau de rose de ma mère, les livres de sciences de mon frère ou même le programme télé ou le dictionnaire !

 

 

J’ai toujours consacré du temps à la lecture, je pense que c’est parce que je n’avais pas vraiment autre chose à faire. Il faut savoir que j’ai eu mon propre ordinateur seulement lorsque j’étais en deuxième année à la fac, même si j’ai un blog et que je m’intéresse aux nouvelles technologies, je ne peux pas rester sur un ordinateur (sauf au travail bien entendu) car je m’y ennuie très vite.
Parmi tous mes loisirs (aller au cinéma, regarder des films/séries à la maison, faire du sport), la lecture passera toujours en premier. Il m’est même parfois difficile de me détacher de mon approche limite monomaniaque de la lecture (obligation de lire minimum 50 pages par jour, ne jamais m’arrêter à une page qui ne se termine pas par un point, par la fin d’un chapitre ou par un numéro de page qui ne me plaît pas). J’ai beaucoup travaillé là-dessus mais il m’arrive encore de stresser juste parce que je n’ai pas eu le temps de lire pendant ma journée, il m’arrive parfois de ne pas aller à des soirées chez des amis parce que je préfère lire ou alors de rentrer plus tôt afin de pouvoir lire en rentrant.
Même si mon approche de la lecture paraît stricte et prenante, c’est pourtant une réelle évasion à chaque fois. Je savoure chaque moment privilégié où je me retrouve seule avec mon livre dans le calme. Chaque livre lu s’inscrit directement dans ma vie et dans ma mémoire, et même si j’en oublie souvent les histoires (j’ai tendance à mélanger plein d’histoires ou à les oublier à force de lire et je déteste « perdre du temps » à relire un livre), je sais que je l’ai lu et qu’il m’a accompagné l’espace de quelques jours.

 

 

Après mon bac littéraire, je me suis naturellement tournée vers une licence de lettres modernes où j’ai tout fait pour parfaire l’éducation littéraire que je ne possédais pas. Je laissais tomber les auteurs populaires que j’adulais au lycée (Frédéric Beigbéder, Amélie Nothomb, Bernard Werber, Lolita Pille …) pour me mettre pleinement aux classiques. Et là j’ai découvert ce qu’était la « vraie » littérature si je puis dire. Je n’étais pas une intello, j’avais parfois du mal à avoir mon année sans aller aux rattrapages mais je lisais énormément (peut-être justement parce que je lisais en cours !). Quand un prof nous donnait une lecture obligatoire accompagnée d’une bibliographie, je lisais tous les livres de la bibliographie. J’avais enfin mon propre argent et des dizaines de librairies autour de moi, je pouvais décider de mes lectures et rien que le fait d’avoir ce choix de décider quel livre j’allais lire me rendait heureuse.
J’ai découvert les auteurs de l’Antiquité, ceux du Moyen-Âge mais également tous les auteurs majeurs du XVI au XXIe siècles. J’ai découvert que j’avais des préférences pour le romantisme (« La Princesse de Clèves », « Julie ou la Nouvelle Héloïse », « Manon Lascaut », « Madame Bovary »…), pour le réalisme (« Germinal », « Au Bonheur des Dames » …). Quand j’ai commencé à lire un livre de Zola, je me suis rendue compte du génie de cet homme et j’ai commencé à lire toutes ses oeuvres et j’y suis encore (il m’en reste 4). Après je vais lire l’intégrale de Balzac, puis celle de Maupassant, puis Victor Hugo, puis Marcel Proust … et je ne connais pas encore la suite ! Surtout que je ne lis pas que ça, je suis une amoureuse des mots, amoureuse de toutes ces pages qui ont été écrites depuis des millénaires. J’ai le tournis lorsque je pense à tous les livres qui ont été écrits, toutes ces traces d’histoires qui restent à jamais gravées dans le temps.

 

 

Je reste tout de même une grande fan des classiques, et surtout des histoires réalistes avec une grande part de drame. C’est pour cela que je raffole des oeuvres de Zola, plus le personnage est en peine (orphelin, malade, pauvre, etc…), plus je suis en joie. A la différence, j’ai beaucoup de mal avec la littérature contemporaine où les auteurs ont plus tendance à parler d’eux et je ne supporte plus les démonstrations d’ego. En fait, je n’aime pas vraiment le principe d’auteur « superstar », c’est pour ça que je ne lis plus rien d’Amélie Nothomb ou de Frédéric Beigbéder ou que je ne prête aucune attention à Marc Levy ou Guillaume Musso (ou encore aux livres « Fifty shades of grey »). Il n’y a pas de snobisme à voir là-dedans car des lectures honteuses j’en ai (je possède l’intégrale de Gossip Girl et je m’accorde un livre chick litt’ de temps en temps).
Mis à part quelques phénomènes littéraires (Harry Potter, Games of Throne …), je reste donc très classique et la majeure partie des auteurs que je lis est morte. J’aime les romans d’époque, je suis passionnée par la vie de Marie-Antoinette donc je possède une vingtaine de livres sur sa vie. J’ai une petite passion également pour la littérature libertine et j’applaudis la magnifique plume du Marquis de Sade ou celle de Choderlos de Laclos. J’aime les envolées lyriques, j’aime les histoires d’amour tragiques et j’aime aussi les lectures qui me font réfléchir comme par exemple « Les Nourriture Terrestres » d’André Gide qui est un réel chef d’oeuvre littéraire. En le lisant, je m’arrêtais pour lire et relire le même passage tellement les mots prenaient tout leur sens. J’aime les livres qui me font découvrir des époques et des pays que je ne connaitrais jamais, la lecture est un voyage pour moi. Je voyage très peu, ce sont les livres qui font office d’évasion et de grandes escapades.

 

Grâce à cette passion, j’ai la chance de ne pas m’ennuyer car j’ai toujours un livre avec moi et je trouve toujours un peu de temps pour me plonger le temps d’un instant dans quelques pages. Lorsque je dois imaginer le moment où je me sens plus heureuse et le plus apaisée, je me vois le dimanche matin à l’aube en train de lire dans une plénitude et un calme complet.

Je pourrais passer des heures dans les librairies mais je me freine car je serais capable de dépenser des fortunes. Car lire tous ces livres peut avoir un certain coût et il m’est très rare d’acheter des livres neufs et encore moins les livres qui viennent de sortir (payer 20€ pour un livre que je vais lire en deux heures c’est hors de question). J’achète presque tout en occasion, soit chez des bouquinistes, soit sur des sites spécialisés ou alors pendant des brocantes où je fais des affaires en or. Mon copain et mes amis s’en souviennent encore lorsque je leur ai dit que je venais d’acheter pas moins de 37 livres (l’intégrale de la Comédie Humaine de Balzac) alors que je n’avais aucun sac et qu’il nous restait plus de 30 minutes de marche !

 

 

La lecture, c’est mon petit monde à moi, mon petit jardin secret donc il m’arrive très rarement d’en parler en public. De toute façon, je n’aime pas disserter plusieurs heures sur un livre (je détestais les commentaires de texte en cours), il y a juste mon ressenti et rien de plus. Il y a la joie de découvrir que le livre que je suis en train de lire est un chef d’oeuvre, il y a la déception de finir un livre magnifique trop rapidement, il y a toutes ces émotions que je ressens lorsque je me mets à la place des personnages, lorsque j’imagine toutes les situations qui sont sous mes yeux. Il y a les livres que j’ai jeté à travers ma chambre, ceux devant lesquels j’ai applaudi, ceux qui m’ont désespéré tellement ils étaient longs (j’ai un principe : toujours finir un livre commencé). Et surtout, il y a tout ces livre que j’ai envie de lire, cette richesse culturelle que je tends à approfondir tout au long de ma vie.

 

 

Lorsque j’étais en lettres modernes, c’était à la base pour me tourner vers les métiers du livre et de la documentation. Mais lorsque j’ai créé mon blog (en deuxième année de fac) et que j’ai ouvert la grande porte du web, j’ai décidé de changer d’orientation en me dirigeant vers un cursus d’information-communication après avoir obtenu ma licence de lettres modernes. Là fut ma grande erreur car l’enseignement y était complètement différent et je n’ai pas retrouvé tous ces professeurs de lettres passionnés que j’adorais entendre. Je me suis clairement ennuyée en information-communication mais heureusement mes stages m’ont convaincu que j’avais pris la bonne voie (celle de la rédaction web et du community management).
Parfois, je m’imagine quelle aurait été ma vie à cet instant présent si je n’avais pas été en master infocom et si j’étais allée au master très sélectif métiers du livre et de la documentation où j’avais réussi à obtenir une place. Je me vois très bien en tant que libraire, bibliothécaire ou documentaliste même si la peur de m’ennuyer est quand même présente. Je ne pense pas avoir fait de grosse erreur en m’orientant vers les métiers de la communication car même si actuellement je ne suis pas dans la situation la plus rêvée, j’ai toujours eu un travail qui me plaisait et après tout, la rédaction web c’est manier les mots donc ça se rapproche des livres ! Mais faire de cette passion un métier, même si j’en ai l’envie au fond de moi, je ne sais pas si cela serait idéal.

 

Encore plus que de la lecture, je suis amoureuse de l’objet du livre. C’est pour cela que je ne lirai jamais de livre numérique et que j’achète tous les livres que je veux lire, je ne peux pas emprunter des livres à la bibliothèque ou à des amis car je ressens le besoin de garder le livre avec moi. Je ne suis pas la plus grande maniaque du ménage et j’ai parfois tendance à être bordélique, mais ma bibliothèque est l’endroit le plus ordonné (si vous voyez ma penderie c’est une autre histoire). J’ai un système de classement très rigoureux, organisé par ordre alphabétique mais aussi par format.

Ma hantise est de voir brûler mon appartement et de perdre tous ces livres (je n’ai jamais compté mais je dois être à 400 je pense). Ces livres sont mon héritage, même si je devais déménager à l’autre bout du monde, ils m’accompagneraient. Lorsque j’aurai des enfants, j’espère qu’ils auront ce goût pour la lecture et que je pourrai leur transmettre mon savoir et mes lectures.

Je n’ai pas besoin de beaucoup de choses pour être heureuse, il me suffit d’être en train de lire en compagnie de Damien (qui lui passe des heures et des heures à s’exercer aux échecs) avec mon chat qui ronronne sur mon ventre pour ressentir ce qu’est le bonheur. Ce n’est pas grand chose, mais c’est ma définition du bonheur. Quoique je fasse, les livres seront toujours avec moi, que je sois heureuse ou triste ils ont une partie plus qu’importante dans ma vie et chaque jour de cette vie est dédiée à les découvrir de plus en plus.

 

Je vais terminer cet article par un portrait chinois réservé aux livres ! N’hésitez pas à le reprendre dans un de vos articles, cela me ferait un énorme plaisir et j’adore découvrir les lectures de ceux qui m’entourent !
Le livre que je pourrai lire et relire : 
Les Nourritures Terrestres d’André Gide. Ce n’est pas vraiment un roman mais plutôt un long poème en prose magnifiquement bien écrit qui m’a fait réfléchir comme jamais un livre ne l’avait fait.
Le livre que je n’ai jamais réussi à terminer : 
Alors là il y en a trois qui étaient très coriaces : les Essais de Montaigne, les Maximes et Pensées de Chamfort et l’ Heptameron de Marguerite de Navarre.
Le premier livre marquant :
Le Monde de Sophie de Jostein Gaarder qui est une sorte d’approche philosophique du monde pour les jeunes. Lu pour la première fois à 13 ans, je l’ai relu récemment et je me suis rendue compte de sa puissance. Il devrait être obligatoire pour tous avant de commencer la philosophie au lycée.

 

Ma lecture « honteuse » préférée :

 

J’ai souvent peur d’être cataloguée de « snob » car je ne lis pratiquement que des classiques et que j’ai beaucoup de mal avec la littérature populaire alors que des lectures « honteuses », j’en ai ! Et si je ne devais en choisir qu’une, je dirais Pretty Little Liars (les livres qui ont inspiré la série). Le style est mauvais, les personnages sont encore plus futiles que dans la série mais je ne peux pas m’empêcher d’accrocher !
Le livre qui m’a aidé à avancer :
La Promesse de l’Aube de Romain Gary. Ce roman parle de la mort de la mère du narrateur et je l’ai commencé le lendemain de la mort de mon père il y a déjà deux ans et demi. Je ne savais pas de quoi il parlait avant de le lire donc la coïncidence a été telle que ce livre m’a permis d’avancer à un moment très dur. « La promesse de l’aube » c’est tellement fort comme expression et depuis c’est mon mantra. Même si un jour est compliqué, il prend fin pour laisser place à un nouveau jour où tout est possible.
Lorsque j’ai lu ce livre, j’étais à la plage en compagnie de mon frère et de ses amis. Je me sentais complètement perdue mais de lire ce texte et de m’arrêter pour fixer les vagues m’a réellement fait prendre conscience que la vie ne s’arrêtait pas et qu’au contraire je devais avancer.
Le livre que j’offrirai à une amie :
Marie-Antoinette d’Antonia Fraser car c’est le livre qui a inspiré le film de Sofia Coppola donc rien qu’à le lire on s’imagine toutes les scènes. Et surtout, on sait tout ce qui se passe après la fuite du château et c’est à partir de ce moment là que les choses intéressantes commencent (je vous l’ai déjà dit, j’adore quand les personnages ont de vrais ennuis ^^).
Le livre que j’offrirai à un enfant de moins de 6 ans :
La collection intégrale des Monsieur et Madame car ce sont ces petits livres ludiques qui m’ont donné goût à la lecture !
Le livre qui m’a le plus marqué :
Belle du Seigneur d’Albert Cohen : 1000 pages d’histoire d’amour tragique et d’ennui (ennui des personnages). Je sais que celui-ci je le relirai car il est exceptionnel !
Le livre qui m’a le plus fait rigoler :
Les Fleurs Bleues de Raymond Queneau. Découvert pendant mon cursus universitaire, je raffole de l’écriture loufoque de cet auteur qui manie les mots comme personne !
Le livre qui m’a le plus traumatisé :
Moi Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée. Lu alors que j’étais assez jeune (18 ans il me semble), ce livre m’a vraiment bouleversé. De savoir que cette histoire est réellement arrivée à une adolescente m’a vraiment fait faire d’horribles cauchemars (le film n’a pas aidé d’ailleurs).
Le livre qui m’a le plus fait pleurer :
Je ne pleure pas beaucoup lorsque je lis mais je l’avoue j’ai pleuré comme une madeleine en lisant la mort de Ned Starck dans le Trône de Fer (intégrale 1) de Georges R. R. Martin. Je n’avais pas encore regardé la série donc c’était tellement inattendu que ça m’a chamboulé !
Le livre que j’aimerais voir adapté au cinéma :
Glamorama de Bret Easton Ellis. J’ai lu quasiment tous les livres de cet auteur américain très connu autant adulé que détesté. Moi j’aime comment il parle de la jeunesse désabusée, son ton cynique est spectaculaire et il l’est d’autant plus dans Glamorama qui est une véritable fresque d’une jeunesse friquée et révoltante totalement perdue. Il se passe tellement d’événéments spectaculaires dans ce livre que j’aimerais beaucoup les voir sur grand écran, c’est en projet depuis quelques années mais il n’y a toujours rien de concret pour l’instant.
Le livre que je pourrais jeter à la poubelle :
Les Mauvaises Nouvelles de Nicola Sirkis acheté et lu pendant l’époque désormais révolue où j’étais fan d’Indochine. Je ne jette jamais de livre donc je le garderai mais ce n’est clairement pas un chef d’oeuvre 😉
Le livre qui a été le mieux adapté au cinéma :
C’est difficile de choisir mais j’opte tout de même pour Virgin Suicides de Jeffrey Eugenides. J’ai vu le film et lu ensuite le livre pendant mon adolescence et ça a été un coup de coeur total.
Le livre qui m’a le plus fait rêver :
Le Parfum de Patrick Süskind car j’ai rarement été prise autant dans l’épopée de ce personnage fou et fascinant. Les descriptions m’ont fait imaginer les plus beaux des endroits (mais aussi les plus laids) et le champs lexical des odeurs est dingue !

Et toi, quel est ton portrait chinois de livres ? :)

 

NB : les liens des livres redirigent vers ma librairie rennaise préférée !

 

  1. C'est un bel article! Je suis un peu comme toi avec les livres même si j'ai beaucoup moins de temps à y consacrer vu que mon autre grand loisir est le jeu vidéo ^_^. J'ai quelques classiques en tête depuis un moment mais j'ai un peu peur de les commencer, peur de m'ennuyer et les finir à contre coeur car comme toi lorsque je commence un livre il faut le terminer. J'ai un livre numérique que j'emporte surtout en voyage (plus pratique et moins lourd) sinon c'est généralement le format papier qui est présent chez moi.

    Bisou

    • pin-upapple

      31 janvier 2015

      Je jouais beaucoup aux jeux vidéos avant également, mais petit à petit j'ai arrêté car je ne trouvais plus le temps !
      ça m'arrive de tomber sur des livres qui ne sont pas vraiment prenants, je viens de finir "Bellefleur" de Joyce Carol Oates et j'ai dû m'accrocher pour le finir (il fait 800 pages), c'est justement pour ça qu'en général je préfère les livres qui font entre 200 et 400 pages ! 😉

      Moi quand je pars en voyage, j'ai tellement peur de manquer de livres que j'en emmène beaucoup trop !!

  2. Anonyme

    30 janvier 2015

    Whaouh! Je suis super contente d'avoir lu ton long article ce matin.
    J'aime les livres, beaucoup. Contrairement à toi, je n'en ai pas tant que ça que j'en emprunte beaucoup et j'en ai beaucoup lu dans l'immense bibliothèque de mon grand-père (qui m'a toujours fait rêver…). Mais je suis aussi réfractaire que toi à l'idée de les lire sur Kindle.
    Tu me donnes envie de lire/relire tellement d'oeuvres! Et je note le portrait chinois, il faut que je le fasse! (haha j'ai la même intégrale de Zola que toi, achetée au super marché du livre d'occasion près du Parc G. Brassens à Paris…). Vive les brocantes et le second-hand, ces belles éditions sont un plaisir…

    Almonds and nuts

    • pin-upapple

      31 janvier 2015

      Ce serait super cool si tu faisais le portrait chinois ! Tu m'enverras ton lien quand ce sera fait :)

      Et oui les brocantes et l'occasion c'est vraiment idéal pour les passionnés de lecture. C'est bien de soutenir les libraires mais malheureusement je trouve que les livres neufs ont un prix assez conséquent !

  3. Tiphaine

    30 janvier 2015

    Quelle merveilleuse collection ! Tu me fais rêver !!! J'adore l'ordi et internet j'en suis accro mais j'ai une besoin régulier de me plonger dans un livre !! Cette impatience d'avaler les pages pour en avancer dans l'histoire.. une chose que je ne retrouve pas sur le net.
    Bon vendredi !

    • pin-upapple

      31 janvier 2015

      Oui je suis d'accord, je trouve que nous n'agissons pas du tout de la même façon lorsque l'on lit quelque chose sur un ordi ou un livre. je me sens moins passive lorsque j'ai un livre entre les mains !

  4. Vickie

    30 janvier 2015

    Pfiou, je suis très fan de ce dernier article (tram-)Pauline ! Ta relation avec les livres est géniale, et j'ai toujours été impressionnée par le nombre de livres que tu arrives à lire en une année ! Je caserais sûrement ton portrait chinois dans mon prochain article lecture 😉

    Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours préféré les livres aux jouets. Avec mes frères, quand on était plus petits et qu'on allait chez des amis de nos parents, on été toujours tous fourrés dans la bibliothèque pendant des heures, au point que les adultes s'inquiétaient de notre silence :p. Ca a toujours été une passion dans la famille en tout cas. Ma mère améliore énormément son français grâce aux bouquins, ce que je trouve fabuleux (elle a appris la langue il y a 20 ans mais a toujours des lacunes). Quant à moi, il faut que je me motive à lire tous les jours… Je vais sûrement m'inspirer de tous les bouquins que tu évoques dans cet article pour trouver mon bonheur !

    En tout cas, je dis oui à d'autres articles dans le genre o/

    • pin-upapple

      31 janvier 2015

      Ouais super cool pour le portrait chinois ! :)

      Concernant ma vitesse de lecture, je trouve parfois que je ne lis pas assez (si je pouvais lire un livre par jour ce serait l'idéal) !

      Et pareil, je m'occupais tout le temps avec un livre, quand j'accompagnais mon père chez des amis ou chez la famille, je me mettais tout le temps dans un coin avec mon livre :)

  5. Enora

    30 janvier 2015

    J'ai adoré ton article ! C'est une véritable déclaration d'amour aux livres qui m'a beaucoup touché. Je suis aussi une amoureuse des livres, je ne peux pas m'en passer, je suis lion, très loin de suivre ton rythme de lecture mais c'est également mon passe temps favoris ! Je lis beaucoup moins depuis un certain temps, le rythme des cours et le tricot (mon deuxième passe temps favoris, et il faut avouer que lire en tricotant c'est difficile ^^) Mais après avoir lu ton article, je n'ai eu qu'une envie, c'est me ruer sur le livre que je suis en train de lire (L'amour de la vie de Jack London, une merveille)
    Merci pour ce bel article, j'espère en lire d'autre et après ma tournée des blogs, je me jette sur mon livre ^^
    Bonne journée :)

    • pin-upapple

      1 février 2015

      C'est vrai que ça doit être très dur de lire et de tricoter en même temps ! J'ai toujours eu envie d'apprendre à tricoter mais je n'ai jamais trouvé le temps, faudrait que je m'y mette un de ces jours !

      Je n'ai jamais rien lu de Jack London mais du coup, je le mets dans ma liste de livres à lire !

      Bonne lecture alors :)

  6. Stanzi

    30 janvier 2015

    Un très chouette article!! Et si ça peut te rassurer Pauline, tu as bien fait de choisir la com, tu pourras toujours faire de la com dans le monde du livre, surtout avec ta culture littéraire. Perso j'ai fait la licence info-com de Rennes 2 pour m'orienter ensuite vers un master édition et aujourd'hui je suis attachée de presse dans l'édition. (le petit plus, j'ai les livres gratuitement ^^)

    • pin-upapple

      1 février 2015

      C'est vrai que la com a l'avantage d'être généraliste et que ça m'ouvre plusieurs portes, j'aurai peut-être été un peu trop cloisonnée en restant en lettres et si j'étais allée au master pro où j'étais inscrite et que je n'aurai pas réussi les concours, je serais peut-être sans rien maintenant !
      En tout cas être attachée de presse dans l'édition c'est le rêve, je t'envie sur ce coup là (surtout pour les livres gratos en plus) 😉

  7. lesdoucesparoles

    31 janvier 2015

    Coucou !
    Je suis impressionnée par ta collection ! Les livres sont toujours en nous, même après les avoir terminer. On en tire toujours quelque chose. Ce que j'adore, c'est terminer un bouquin et me dire : "Waou, c'était génial." Et crois-moi, je ne dis pas ça à tout le monde hahaha :p
    Bisou.

    • pin-upapple

      1 février 2015

      Oui voilà c'est exactement ça ! Il m'est même arrivé récemment de vraiment "déprimer" lorsque j'ai lu la toute dernière page des "Raisins de la Colère". C'était tellement puissant et prenant que j'étais triste de le finir !

  8. Elodie

    31 janvier 2015

    Bonjour, je n'ai jamais commenté mais je te suis depuis très longtemps. Quel bel article ! On sent ton véritable amour pour la lecture. C'est aussi le mien depuis toute petite. Un peu moins pour les classiques (peut-être que je ne fais pas l'effort non plus…) mais je ne pourrais me passer de lire dans ma vie. Pour ma part, j'ai fait une petite concession au fait d'aimer posséder "l'objet livre" en achetant une liseuse. La plus simple possible et je ne l'utilise qu'au boulot pour lire pendant la pause. Et quand il s'agit d'un beau livre ou d'un ouvrage dont je pressens qu'il va plus compter que les autres, je l'achète format papier.

    • pin-upapple

      1 février 2015

      Tout d'abord merci de me suivre depuis très longtemps et de sortir de ton silence :)

      J'avais essayé de lire des magazines sur mon iPad mais même sur un magazine le papier me manquait ! Rien que le fait d'avoir un livre dans mes mains me procure du bonheur !

  9. Ariamm

    31 janvier 2015

    Quelques remarques un peu désordonnées qui me viennent après la lecture de ce billet (je passe du coq à l'âne mais ces commentaires me sont venus au fur et à mesure de ma lecture) :

    J'ai lu beaucoup de romans jeunesse ou « destinés aux ados » au collège et jusqu'au lycée, en délaissant complètement les classiques qui ne m'attiraient pas vraiment. Et j'avoue que je n'ai lu aujourd'hui encore que peu de classiques, mais ceux-ci ne me rebutent plus. Contrairement à toi, les livres numériques ne me dérangent pas et je trouve que c'est une formidable façon de (re)découvrir toutes les œuvres tombées dans le domaine public (que l'on peut donc trouver légalement et gratuitement sous formes numériques).
    Je ne délaisse pas pour autant les livres papiers car, malgré tout, j'aime aussi l'objet livre et les belles bibiothèques.

    J'ai un master info-comm spécialisé documentation et bibliothèques, ce n'est pas incompatible (fait après une licence d'information-communication). :)

    J'ai lu Le Monde de Sophie au lycée, et ce livre était une lecture qu'on devait justement faire avant d'entrer en terminale. Je pense que peu d'élèves l'ont vraiment lu, à vrai dire, mais je l'ai trouvé fascinant. Je ne lis quasiment que des romans, très peu d'essais ou d'autres documentaires, mais j'aime beaucoup les romans où l'on apprend des choses.
    Par la suite, j'ai découvert d'autres œuvres de Jostein Gaarder, moins connues, sans doute moins axées sur la philosophie, mais que j'ai également beaucoup aimées.

    Et surprise à la fin de ton portrait chinois, j'ai découvert que Virgin Suicides était un livre (comme tant d'autres films, ce qu'on ignore souvent). Le film ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, peut-être qu'un jour je le lirai…

    Pour conclure cette liste de commentaires, j'ai trouvé cet article très intéressant, je suis tombée dessus par hasard car je ne connaissais pas du tout ton blog.

    • pin-upapple

      1 février 2015

      Comme je disais dans mon article, j'ai attendu d'être en licence de lettres modernes pour me mettre aux classiques (c'était obligatoire du coup et ensuite j'y ai pris goût). Sinon mes lectures étaient très populaires et plutôt orientées jeunesse.

      Concernant les livres numériques, c'est vrai que je n'avais pas du tout penser à toutes les oeuvres qui étaient désormais gratuites et c'est vrai que c'est un point positif pour ceux qui aiment lire sur liseuse !

      Le master info-com option documentation et bibliothèques c'est super ça, j'aurai dû faire ce cursus !! Et du coup tu fais quoi maintenant comme métier ?

      C'est très bien que "Le Monde de Sophie" soit obligatoire dans ton lycée, je pense que j'aurais moins compris la philosophie sans ce livre et même juste pour le plaisir de la lecture il est vraiment super intéressant !

      Pour le film Virgin Sucides, je ne savais pas non plus au début qu'il y avait un livre jusqu'à ce que je m'attarde sur le générique qui le mentionnait. L'histoire est un peu différente et plus détaillée mais elle surtout magnifiquement écrite !

      Et pour finir, je suis ravie que tu aies apprécié cet article ! A très bientôt :)

  10. charlyjolie

    1 février 2015

    Très très bel article ! Je me suis reconnue dans pas mal de tes mots, même si je suis une toute petite lectrice par rapport à toi !
    Je le garde dans mes favoris, pour reprendre ton portrait chinois quand j'aurai un peu de temps :)

  11. Anonyme

    1 février 2015

    C'est genial! C'est vrai qu'une des premieres choses que je regarde lorsque je me rend chez les gens est leur bibliotheque, c'est mon cote "voyeur" qui revele beaucoup des gens que l'on visite. Ma famille, et moi-meme ont toujours eu une collection plutot impressionante. Mon seul probleme est que j'ai souvent du mal a trouver des livres coup-de coeur qui ne me font pas lacher le bouquin. Du coup je me retrouve avec plus de vingt lectures inachevees…
    Cela etant dit, mon dernier coup de coeur fut l'epopee fictive d'une artiste peintre islandaise "Karitas l'esquisse d'un reve" et la suite "chaos sur la toilet", je le recommande donc chaudement!

  12. Ophélie G.

    18 août 2015

    Hey :)
    Je viens de poster ton portrait chinois sur mon blog, alors si tu as le temps/envie de venir y faire un tour, ce serait vraiment chouette ! Xx

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *